Vous êtes ici : AccueilArticlesInstitut Mines-Télécom › Télécom Bretagne et Mines…
Imprimer
Institut Mines-Télécom

Télécom Bretagne et Mines Nantes engagent leur projet de fusion pour la création d’une nouvelle école de l’Institut Mines-Télécom

Campus de l'École des Mines Nantes et de Télécom Bretagne (campus de Brest)

Campus de l’École des Mines Nantes et de Télécom Bretagne (campus de Brest)

 

Suite à la décision favorable de leurs conseils d’administration, Mines Nantes et Télécom Bretagne ont décidé de mettre en œuvre leur projet de fusion. Il conduira, d’ici deux ans, à la création d’une nouvelle école de l’Institut Mines-Télécom, positionnée au cœur des transformations numérique, énergétique et environnementale et de leurs impacts sociétaux.

Cette décision s’appuie sur les conclusions de l’étude de faisabilité menée par les directions des deux écoles depuis mai 2014, en lien avec les parties prenantes internes et externes : organisations syndicales, personnels, étudiants, alumni, représentants des entreprises, des collectivités territoriales, des classes préparatoires aux grandes écoles, etc.

La nouvelle école sera positionnée à la croisée des trois enjeux techniques et sociétaux majeurs du XXIe siècle : la transformation par le numérique, la transition énergétique et la question environnementale.

Elle s’appuiera pour cela sur une double spécificité :

  • un positionnement reconnu sur les questions de sécurité et sûreté ;
  • une originalité forte sur les systèmes en réseaux : communication, énergie, sociaux, et leurs interconnexions.

La fusion administrative des deux écoles se fera le 1er janvier 2017 et le recrutement de la première promotion d’ingénieurs généralistes aura lieu en septembre 2018.
Dans les mois à venir, en concertation avec toutes les parties prenantes, les modes d’organisation et les caractéristiques de la nouvelle école, basée sur Brest, Nantes et Rennes, vont être définis.

 

Contact : Marie-Catherine Mouchot, directrice de la communication et des relations entreprises
mc.mouchot@telecom-bretagne.eu  02 29 00 11 20
 
Communiqué de presse projet de fusion Mines Nantes- Télécom Bretagne
5commentaires
  • Alexandre # 23.5.2015 / 10:08 › répondre

    Genial … Comme ca notre ecole finira de sombrer dans les classements et passera de categorie C a D dans les recrutements de grandes entreprises ce qui veut dire fin des recrutements dans les departements les plus selectifs/interessants et salaires plus faibles (tout au long de la carriere …)

    Le prisme de vouloir faire une ecole bretonne pure beurre est un mirage ideologique

    Navre de voir que vous baissez la valeur de notre diplome avec les annees …

  • MOUCHOT Marie-Catherine # 27.5.2015 / 16:56 › répondre

    Télécom Bretagne a choisi de fusionner avec une école de l’Institut Mines-Télécom d’un excellent niveau ; seule sa création récente ne lui permet pas encore d’atteindre la réputation des établissements plus anciens.
    Il ne s’agit pas de faire à tout prix une école bretonne mais de créer le premier établissement de l’Institut Mines-Télécom positionné sur l’ensemble des grandes thématiques de l’entreprise du futur : numérique, énergie, sécurité, environnement…

    Ce positionnement, que Télécom Bretagne n’aurait pu revendiquer seule, est à la fois un gage d’emploi pour nos diplômés mais également une réponse concrète aux objectifs du ministère de l’Industrie, tutelle de notre école, dans le cadre de son plan de modernisation.

    C’est d’ailleurs depuis l’école des Mines de Nantes qu’Emmanuel Macron a choisi de dévoiler son “projet Industrie du Futur”, lancé par le président de la République le 14 avril 2015, (qui) va jouer un rôle central dans la démarche de la seconde phase de la Nouvelle France Industrielle avec pour objectif d’amener chaque entreprise à franchir un pas sur la voie de la modernisation de son outil industriel et de la transformation de son modèle économique par le numérique.

    L’Industrie du Futur repose sur une ambition élargie capitalisant sur les acquis du plan Usine du Futur. Outre la modernisation de l’outil de production, il s’agit d’accompagner les entreprises dans la transformation de leurs modèles d’affaires, de leurs organisations, de leurs modes de conception et de commercialisation, dans un monde où les outils numériques font tomber la cloison entre industrie et services.”

    Les entreprises de notre écosystème que nous avons consultées se sont unanimement ralliées à ce projet. Tous nos diplômés auront donc à gagner à appartenir à une école novatrice en phase avec les aspirations du monde d’aujourd’hui.

  • Alexandre # 18.6.2015 / 12:42 › répondre

    Merci d’avoir pris le temps de répondre à mon commentaire, c’est très appréciable

    Pour le même projet, on aurait pu penser aux mines de St Etienne et de Nancy car:
    – elles sont membres de l’Institut Mines-Télécom
    – elles traitent dans leur formation de l’industrie, de l’énergie, de l’environnement …
    – elles recrutent sur le concours commun Mines-ponts
    – elles sont positionnées dans les mêmes grilles de recrutement que Telecom Bretagne (je n’adhère pas à ce système mais soyons pragmatiques, c’est comme cela que cela fonctionne)

    Pourquoi ces écoles ont elles été écartées ?

    Vraisemblablement l’impact sera négatif sur le recrutement des diplômés TB dans les branches conseil, audit, services financiers (représentant 33% des recrutements d’après votre dernière étude de placement des diplômés même si il n’y aura pas d’impact sur la partie Thales/Orange/ALU …)

    L’entreprise pour laquelle je travaille, n’envoie malheureusement plus qu’une équipe restreinte d’un seul département au forum de Télécom Bretagne qui a d’ailleurs fini par se diluer dans le forum Ouest Avenir

  • Guillaume # 14.7.2015 / 2:13 › répondre

    J’ai trouvé que le processus d’évolution du projet de fusion allait dans le bon sens et je pense comme la majorité que c’est une bonne chose pour Télécom Bretagne (et Mines Nantes 😉 ). Néanmoins je n’ai trouvé nulle part de réponses à l’une de mes préoccupations en tant qu’ancien élève, quelle sera la valeur des anciens diplômes Télécom Bretagne ne portant pas la mention de la nouvelle école ?

    • Marie-Catherine MOUCHOT # 15.7.2015 / 10:33 › répondre

      C’est une excellente question mais qui n’est pas tant liée à la fusion qu’au changement à venir du nom de l’École.

      Ayant déjà vécu une telle expérience nous savons qu’elle ne peut se faire que grâce à une large communication auprès de nos partenaires et en particulier des entreprises qui emploient nos diplômés.
      C’est pourquoi ils ont été, dès l’origine du projet, associés à la réflexion et que, sans leur adhésion sans équivoque, nous n’aurions sans doute pas choisi de mener à bien ce projet.
      Tous les recruteurs seront informés du nom du nouvel établissement et ce dès janvier 2017, date de la fusion administrative des deux écoles. Compte tenu du fait que le recrutement des étudiants se fera en 2018 selon les mêmes modalités que celles actuellement en cours à Télécom Bretagne la nouvelle école sera considérée selon les mêmes grilles de références par les entreprises ; elles participent d’ailleurs au conseil de programme d’octobre prochain qui définira de façon précise le profil d’ingénieur de la nouvelle école.

      De facto les diplômés, quels que soient leur promotion de sortie ou leur diplôme, pourront se prévaloir du titre d’anciens (ou alumni) du nouvel établissement. Les associations d’anciens élèves, qui sont naturellement associées au projet de fusion, travaillent déjà sur ce dossier en étroite collaboration avec les directions des deux écoles.

Nom*

Courriel*   Créer une icône

Site web

Anti-spam :* somme de 3 + 5 ?

(Comment créer une icône / un avatar ?)