Jean Le Traon, directeur Entreprises de Télécom Bretagne a  coordonné la participation de l’École au projet d’Institut de recherche technologique (IRT) B-Com. Ce projet a largement occupé les personnels de l’École durant les derniers mois. C’est à juste titre que Télécom Bretagne peut être fière de ce succès puisque seuls huit projets d’IRT ont été retenus sur toute la France.
Jean Le Traon, directeur de la direction Entreprises et directeur délégué du campus de Rennes

Jean Le Traon, directeur de la direction Entreprises et directeur délégué du campus de Rennes.

Interview de Jean Le Traon.
MCM : Pouvez-vous nous préciser ce qu’est un IRT et ce qu’il apporte de nouveau dans le paysage de la recherche française ?
Jean Le Traon : L’État a défini un IRT comme un nouvel instrument « assemblant les compétences de l’industrie et de la recherche publique dans une logique de co-investissement public-privé et de collaboration étroite entre tous les acteurs. […]. Un IRT couvre l’ensemble du processus d’innovation, jusqu’à la démonstration et le prototypage industriel : [il] pilote des programmes de recherche couplés à des plates-formes technologiques, effectue des travaux de R&D expérimental au meilleur niveau international et veille à la valorisation économique de ses travaux.
Plus concrètement et concernant B-com, alors que le pôle de compétitivité Images et réseaux est souvent présenté comme une « usine à projets », l’IRT, qui sera une Fondation de coopération scientifique (FCS), va devenir un nouvel opérateur de R&D&I (recherche, développement, innovation)  dont Télécom Bretagne est l’un des fondateurs académiques (avec l’Inria, l’Insa Rennes, Supélec et l’Université de Rennes 1). Les industriels parties prenantes sont Orange, TDF et un collectif de PME.
Comme dans tous les projets du Plan d’investissements d’avenir, l’excellence est recherchée et seuls 8 IRT ont été retenus par l’État : il s’agit d’un nouveau succès pour les Stic en Bretagne après le labex Comin Labs dont Télécom Bretagne est également un des acteurs majeurs.

MCM : Pouvez-vous nous dire quelle va être la contribution de Télécom Bretagne au futur Institut ?
JLT : Fondateur de B-com, Télécom Bretagne participera bien entendu à la gouvernance comme membre de droit au conseil d’administration.
B-com est structuré en trois grands programmes qui impliqueront des enseignants-chercheurs de l’École. Cette implication se fera principalement par l’encadrement de doctorants de B-com (à rapprocher des thèses Cifre que nous connaissons déjà avec les entreprises) et  par une implication dans les projets de recherche de B-com. D’autres modes de coopérations sont envisagés par l’accès aux plate-formes de recherche de l’IRT ou par de la recherche coopérative ou sur contrat avec l’IRT.

MCM : Quelles sont les projets et équipements de B-com ?
Les 3 programmes de recherche de B-com, déclinés en défis, sont :
– I-Cube (I3: Immersion, Interaction, Image) qui conçoit les briques technologiques associées aux évolutions des contenus multimédia pour plus d’immersion, d’enrichissement, d’interaction produisant ainsi une nouvelle expérience, interactive et immersive de l’image et du son. Les industries culturelles et créatives tout comme la sphère individuelle sont au cœur des enjeux de recherche d’ICube.
– N-Cube (N3 : core Networks, access Networks, home Networks) qui répond à la demande croissante de ressources et à l’évolution des usages, corollaires des programmes ICube et Health, en relevant les défis technologiques et architecturaux des réseaux et infrastructures de communications.
– Health qui se consacre à l’utilisation des technologies de l’information dans le domaine de la santé. Il contribue au développement de l’architecture et des composants du système de santé global de demain, assurant une continuité entre les plates-formes les plus sophistiquées au sein des hôpitaux, l’ensemble des acteurs du système de santé et le patient à domicile. Le déploiement de la télémédecine est l’un des enjeux stratégiques visés.

À ces programmes s’ajoutent 3 plates-formes auxquelles les membres de B-com auront accès :
– Smart Networks qui est composée d’un anneau régional assurant l’interconnexion à très haut débit des 3 sites, dotée des couches protocolaires conduisant au concept de “Always Best Connected” (ABC) et d’une infrastructure “cloud computing” répartie
– Smart Contents qui est une plate-forme expérimentale pour le traitement de contenus immersifs avec un centre de calcul dédié à l’image du futur (grands volumes de données, vidéos, très haute définition, images médicales, 3D, réalité virtuelle…). Dotée in fine de moyens de stockage de 4 péta-octets et d’un serveur de calcul d’une capacité de 1024 cœurs, elle sera interconnectée sur les 3 sites.
– Smart Software Studio qui sera un ensemble de briques matérielles et logicielles nécessaires aux projets de B-com, à savoir une boîte à outils à base de logiciels libres, d’apports de partenaires et de développements par B-com des API nécessaires.

MCM : Est-ce qu’il y aura construction de nouveaux bâtiments sur les différents sites ?
JLT : Sur Rennes, le calendrier de B-com coïncide avec la réception potentielle d’une partie d’un bâtiment sur le campus des Champs Libres.
À Brest, le projet de Brest Métropole océane est d’installer provisoirement B-com dans la pépinière Créatic, à proximité directe de l’incubateur de Télécom Bretagne.
À Lannion, les locaux se situeraient à proximité de ceux du pôle Images et réseaux.
Mais rien n’est encore définitivement fixé : B-com devra contractualiser dans les prochaines semaines avec ses financeurs sur tous les sujets, dont celui des locaux.

MCM : Quelles vont être les relations entre les structures déjà existantes de notre éco-système de recherche en partenariat (Pracom, incubateurs, start-up…) et B-com ?
JLT : Pracom a été précurseur dans un mode de coopération mutualisé entre plusieurs entreprises et Télécom Bretagne : c’est une forme d’IRT avant l’heure… Il existe par ailleurs une complémentarité entre les thématiques supportées par Pracom et B-com. B-com est donc une réelle opportunité pour l’École.
Les jeunes entreprise (start-ups,  jeunes pousses, essaimage) seront représentées dans B-com dans le cadre d’un groupement de PME/TPE régional en cours de définition : le technopôle Brest-Iroise et Télécom Bretagne ont été particulièrement actifs en contribuant à cette structuration notamment à Brest  : images et visualisation 3D, lunettes actives, réalité virtuelle et augmentée, créations vidéo… Pour la création d’entreprises, l’incubateur de Télécom Bretagne, sur ses sites de Brest et de Rennes, fera bénéficier aux projets incubés de B-COM des dispositifs d’accompagnement aux PME de l’Institut Télécom (tryptique de la recherche, bourse aux technologies, « PitchCamp » pour l’amorçage, séminaire annuel « Entrepreneur d’innovations » et hébergement).

Avec l’État, la région Bretagne, les agglomérations brestoise, lannionaise et rennaise, B-com fournit une perspective de financement d’activités de recherche, développement et d’innovation de 90 M€ sur 10 ans à laquelle s’ajoute un montant équivalent de contribution des entreprises partenaires (Orange et TDF d’une part, Thalès d’autre part auxquels s’ajoutent des coopérations avec Technicolor, Alcatel Lucent et Mitsubishi). C’est une vraie opportunité pour le grand Ouest et Télécom Bretagne.

Contact : Jean Le Traon, direction Entreprises – jean.letraon@telecom-bretagne.eu.