40 ordinateurs donnés à des associations

Augmentation de la durée de vie des ordinateurs, diminution des coûts d’achat et des émissions de CO2 liées aux équipements informatiques, dons des équipements usagés à des associations… La Direction informatique et système d’information (Disi) de l’École applique au quotidien les principes du développement durable en optimisant notamment la gestion des DEEE.

Une deuxième vie pour 40 ordinateurs donnés à des associations

Déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) collectés à Télécom Bretagne

Ce sont en tout une 40aine d’ordinateurs usagés qui ont été donnés au 1er semestre 2011 par l’École au Secours populaire, à l’Association des paralysés de France, aux Petits débrouillards, à l’association étudiante Teubreux sans frontières, à la recyclerie Le Boulon, à l’Association des parents d’élèves (APE) de l’école Sacré Cœur (Plougonvelin) et à l’APE de l’école Sainte-Thérése (Lilia-Plouguerneau).

Avant de remettre les machines, la Disi les équipe du système Linux, peu gourmand en ressources de calcul (et donc utilisable avec d’anciennes configurations). Elle installe également les logiciels de la suite bureautique libre Open Office (traitement de texte, tableur, présentation, base de données), un navigateur internet et un outil de messagerie.

Les associations peuvent alors, par exemple, dispenser des cours d’alphabétisation et d’initiation à l’informatique, utiliser internet et la messagerie afin de communiquer avec l’extérieur ou encore effectuer des expérimentations scientifiques.

À noter que les unités données au Boulon sont des équipements à remanier. La recyclerie se charge de ce remaniement.

Des critères d’attribution clairement identifiés

Les bénéficiaires des dons sont des associations, soit de parents d’élèves (APE), soit de soutien scolaire, soit encore d’étudiants (conformément à l’article L3212-2 §3 du Code général de la propriété des personnes publiques). Ils doivent au préalable avoir déposé une demande accompagnée des statuts de l’association et de la composition du Bureau.

Une commission interne à l’École sélectionne les associations attributaires en fonction de ces critères et des équipements informatiques disponibles. Elle se réunit 2 à 3 fois par an.

Allonger la durée de vie des équipements informatiques permet à la fois de réduire les coûts d’achat et les émissions de CO2

8 ans, c’est la durée du service rendu à l’École par ces équipements informatiques. Avant de s’en séparer, la Disi aura veillé à ce qu’ils soient utilisés au maximum de leurs capacités. En ayant par exemple développé l’accès à des logiciels distants, la Disi a ainsi pu augmenter la durée de vie des ordinateurs. En effet, les ordinateurs ayant accès à ces logiciels n’ont pas besoin d’être très performants. Idem avec les choix de non remplacement systématique des versions logicielles. À titre d’exemple, Windows XP requiert un processeur de 233 MHz alors que Windows 7 en nécessite un de 1000 MHz (source : Berhault G., Berthoud F., Bonnet P. et al. Systèmes d’information et développement durable). 

Berhault G., Berthoud F., Bonnet P. et al. Systèmes d’information et développement durable. Paris : Lavoisier, 2010, 345 p.

En augmentant la durée de vie des équipements informatiques, nous agissons à la fois sur la réduction des coûts d’achat et sur la réduction des émissions de CO2.

La fabrication d’un ordinateur émet 24 fois plus de CO2 que l’énergie consommée pendant un an d’utilisation

L’émission de CO2 des équipements informatiques s’analyse selon trois phases : la fabrication, l’utilisation et la fin de vie. La fabrication et la fin de vie sont les deux principaux émetteurs de CO2. Selon Fabrice Flipo (1), enseignant-chercheur à Télécom & Management SudParis, « en moyenne, 500 millions de PC contiennent 2 872 000 tonnes de plastiques, 718 000 tonnes de plomb, 1 363 tonnes de cadmium, 863 tonnes de chrome, 287 tonnes de mercure. […]. Produire un PC de 24 kg exige 240 kg de carburants fossiles, 22 kg de produits chimiques et 1 500 litres d’eau. Un PC contient 1 500 à 2 000 composants qui viennent du monde entier, en général par voie aérienne. » Selon Frédéric Bordage (2), consultant en Green IT et fondateur du site GreenIT.fr, « comme il faut 900 kWh d’énergie pour produire un ordinateur (source : / étude EuP – ISSN 1404-191X), les émissions de CO2 résultantes sont d’environ 890 kg de CO2 auxquelles il faut ajouter environ 50 kg pour le transport. Au final, la fabrication de votre ordinateur a émis près d’une tonne (940 kg) de CO2 ! ». Toujours selon Frédéric Bordage, au final « la fabrication d’un ordinateur émet 24 fois plus de CO2 que l’énergie consommée pendant un an d’utilisation ».

(1) Fabrice Flipo, Écologie de l’infrastructure numérique, L. Gille (dir.), Ambiguïtés des TIC, GET, 2009.
(2) Frédéric Bordage, 24 fois plus de CO2 lors de la fabrication d’un ordinateur que lors de son utilisation [en ligne]. 2010. Disponible sur : http://www.greenit.fr (consulté le 18/05/2011).

Contacts : André Le Saout – andre.lesaout@telecom-bretagne.eu, Alain-Pierre Derennes – ap.derennes@telecom-bretagne.eu, Jean-François Berrehare – jf.berrehare@telecom-bretagne.eu.
En savoir + sur les actions Développement durable de la Disi : Voir la page Développement durable de la Disi sur l’Intranet (accès réservé).
En savoir + sur l’empreinte carbone d’un ordinateur : Voir l’article Quelle est l’empreinte carbone d’un ordinateur ? sur Green IT.
En savoir + sur les DEEE : Voir la page Déchets d’équipements électriques et électroniques sur Wikipédia. Voir également la présentation sur le site de l’Ademe.
En savoir + sur les systèmes d’information et le développement durable : Berhault G., Berthoud F., Bonnet P. et al. Systèmes d’information et développement durable. Paris : Lavoisier, 2010, 345 p.